Coffret à cigares représentant les ruines de la sucrerie de la Demajagua

Coffret à cigares sur pieds, à contours moulurés, en acajou et placage de thuya. Dessus sculpté représentant les ruines de la sucrerie de la Demajagua. Sans coffret intérieur en cèdre.

Haut. : 13,5 cm. Long.: 47 cm. Larg. : 29,5 cm.

Travail cubain, circa 1965.

C'est en 1868 que la première guerre d'indépendance de Cuba débute. Elle va durer dix ans. Antonio Maceo et Maximo Gomez sont les deux chefs les plus prestigieux de l'insurrection qui voit s'affronter, d'un côté les latifundiaires créoles et de l'autre, le pouvoir colonial. C'est un propriétaire terrien, Carlos Manuel de Céspedes, qui lance le mouvement depuis son exploitation sucrerie de Demajagua; force est de constater d'une part, que cette insurrection doit beaucoup à la pauvreté endémique (l'esclavage ne sera aboli qu'en 1886) qui mine les ouvriers de la canne à sucre et que, d'autre part, les créoles ne parviennent pas à poser clairement la question de l'indépendance à l'Espagne à laquelle, en définitive, ils doivent tout. Le pacte de Zanjon met fin aux combats en 1878, en échange, non pas de l'indépendance, mais de la promesse de réformes démocratiques.

Coffret à cigares  représentant les ruines de la sucrerie de la Demajagua